Louer un Tuk-Tuk au Sri Lanka

Louer un Tuk-Tuk au Sri Lanka

Louer un Tuk-Tuk au Sri Lanka

Je ne sais pas si vous le savez mais le Sri Lanka est le seul pays d’Asie qui permette de louer un tuk-tuk. Il n’en a pas fallu davantage pour nous pousser à nous renseigner et à franchir le pas.

Après de longues recherches, notre choix s’est porté sur la société Alma Tour, que nous vous conseillons fortement. Cette entreprise ressort sur plusieurs blogs, et nous n’avons pas été déçus.

Quel démarches faire pour louer un Tuk-tuk ?

C’est hyper simple ! Nous avons d’abord pris des renseignements par facebook. Ils sont très réactifs et répondront à toutes vos questions.

Pour louer un tuk-tuk, il vous faudra absolument un permis international (pensez à en faire la demande longtemps à l’avance), il vous faut faire faire également la traduction du permis en Sri lankais. L’agence par laquelle vous passez se chargera d’en faire la demande ; en 24h normalement c’est réglé.

Alma Tour m’a proposé de faire la démarche à distance pour gagner du temps, mais nous sommes toujours assez méfiants. Nous souhaitions voir d’abord le personnel d’agence avant de payer quoi que ce soit. Mais la prochaine fois, sachant que nous passerons de nouveau par eux, nous le ferons à distance afin de gagner du temps.

Combien ça coûte ?

Il y a 5 éléments importants pour déterminer le coût d’une location de tuk-tuk : le tarif journalier, le nombre de jours de location, le coût de l’assurance (obligatoire et très conseillée, je dirais même indispensable), la traduction du permis et la caution.

Nous avons loué notre tuk-tuk pour 11 jours avec un tarif de 10$ par jour. L’assurance est de 50€ quel que soit le nombre de jours de location. La traduction de nos 2 permis de conduire nous a coûté 40$, mais finalement seul Vince a conduit. Et pour finir, la caution est de 100€ que vous récupérez si vous n’avez fait aucun dégât, ce qui a été notre cas.

A combien pouvons nous rentrez dans un tuk-tuk ?

Nous sommes montés sans trop grosse difficulté à 2 adultes et 2 enfants, avec 2 sacs de 50 litres ainsi que les 2 sacs des loulous et le sac de 30 litres de Vince. Tout est rentré dans le petit coffre et nous avons gardé tout ce qui était électronique (appareil photo, go pro) à mes pieds à l’arrière.

Vous pourrez monter à 3 adultes mais pas plus. Avec des adolescents je pense que cela sera compliqué si vous êtes plus de 3.

N’hésitez pas à demander un tuk-tuk avec galerie, ce qui vous donnera un supplément de place. C’est ce que nous avons fait, mais visiblement il y a eu un souci de communication et nous avons fait sans.

Alors c’est comment de conduire ?

Lors de la location vous aurez droit à un cours de conduite d’une vingtaine de minutes, qui suffisent à bien le prendre en main. Après, vous prendrez le coup de main à force de conduire. Le plus compliqué est surtout la première journée, préparez-vous à caler, c’est une étape obligatoire !

Visiblement, cela sera plus simple pour les personnes sachant conduire un 2 roues, à cause de l’embrayage qui se situe au niveau du guidon.

Le tuk-tuk a seulement 2 pédales, une pour accélérer et une pour freiner.

Surtout garder en tête cette règle du code de la route au Sri Lanka : « Il y a aucun code de la route, c’est le plus gros des véhicules qui est prioritaire ! Si un bus ou un camion veut doubler, ralentissez ou arrêtez-vous pour le laisser passer … »

Donc pour résumer, tout le monde peut conduire un tuk-tuk du moment que vous êtes en règles. Il suffit de prendre confiance et de se lancer.

Il nous avait été recommandé de ne pas dépasser les 100km par jour de conduite. Effectivement c’est ce que nous avons fait et ce fût largement suffisant.

Notre deuxième étape a été la plus compliquée. Nous sommes partis de Ramnatapura en direction de Ella. Nous nous sommes confrontés à des routes principalement de montagne, et notre tuk-tuk, chargé comme il l’était, a eu beaucoup de mal à grimper. Nous avons dû nous arrêter à 2 reprises afin de laisser le moteur refroidir.

Mais ces petits « contretemps » nous ont permis de nous rendre compte de la gentillesse des locaux. Pas une fois, nous ne nous sommes arrêtés sans que quelqu’un vienne voir si tout allait bien.

Le plus compliqué lorsqu’on conduit un tuk-tuk se trouve dans les « grosses » villes, où la circulation y est très dense et où vous devez énormément vous concentrer et ne pas avoir peur de passer entre les véhicules.

Pour conclure :

Nous avons donc loué un tuk-tuk pendant 11 jours, parcouru 619 km, visité 6 villes, nous n’avons eu aucun contrôle policier. La police est assez présente, donc faites attention à bien respecter les limitations de vitesse. 50km/heure est la vitesse maximale pour un tuk-tuk. Sur la plupart des blogs que nous avons consultés, tous ont eu droit à au moins un contrôle des papiers. Est-ce le fait que nous voyagions avec les loulous, ou les grands sourires que nous leur faisions dès que nous les croisions, mais nous n’avons subi aucun contrôle policier, et avons bien respecté les vitesses maximales autorisées.

Conduire un tuk-tuk surprend encore beaucoup de locaux, qui vous adresseront un superbe sourire lorsqu’ils vous croiseront. Vous pouvez vous garer n’importe où, même si nous personnellement, nous ne nous sommes pas aventurés à nous garer en plein milieu de la route ou sur le passage comme certains locaux.

A aucun moment, nous n’avons regretté d’avoir loué un tuk-tuk. Nous conseillons vivement aux personnes venant dans ce pays de tenter cette expérience. Les loulous étaient vraiment heureux de circuler avec ce mode de transport. Cela nous a permis de traverser des villages authentiques, sans touriste, d’admirer les paysages et d’être autonomes.

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram