La beauté des Birmanes

La beauté des Birmanes

La beauté des Birmanes

Lors de notre Road Trip nous avons pu faire une découverte qui restera gravée dans notre mémoire. Il s’agit du magnifique pays qu’est la Birmanie (Myanmar).

Durant notre séjour de 3 semaines à Myanmar, une chose nous a marqués, c’est la beauté naturelle des habitantes, et nous allons vous dévoiler leur secret de beauté.

Le Thanakha ?

Kézako ?

Là… de suite…ça ne vous parle pas, n’est-ce pas ?

Le Thanakha est une poudre obtenue depuis un arbre du même nom. Les Birmans coupent des rondins et les râpent sur une pierre avec de l’eau afin d’obtenir une pâte blanche.

Le mélange obtenu est ensuite appliqué sur tout le visage.

Le Thanakha est utilisé quotidiennement en Birmanie depuis le XIVème siècle pour tous ses bienfaits réputés.

Il aide à éliminer les défauts de la peau, tel que l’acné, calme les démangeaisons et les éruptions cutanées.

Mais pas que ! Il ralentit le vieillissement de la peau, augmente la production de collagène et protège la peau des méfaits du soleil.

Les birmanes n’utilisent pas le thanakha que pour ses propriétés esthétiques. Il est aussi ancré dans leur culture traditionnelle. Dans leurs croyances, le Thanakha éloignerait le malheur et le mal et apporterait la chance à la personne qui l’utilise.

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

On a acheté un fourgon !

On a acheté un fourgon !

On a acheté un fourgon !

Nos 7 conseils pour acheter un véhicule aménagé :

 

Début 2021, nous avons investi dans l’achat de notre premier fourgon aménagé. Depuis toute petite, j’ai baigné dans le monde des fourgons et camping-cars, mais pour Vince, c’était nouveau. Pourtant, c’est lui qui en a eu envie en premier et qui a réussi à me convaincre de nous lancer dans l’aventure.

Je garde de merveilleux souvenirs de mon enfance. On partait les week-ends, dès que c’était possible. Nous nous endormions dans nos chambres, pour nous réveiller le lendemain matin, quelque part, au bord de la plage. J’ai envie que les loulous aient les même souvenirs plus tard. La France nous offre des endroits magnifiques, mais on ne va pas se mentir, des week-ends ou vacances en France, ça coûte cher, même très cher, surtout lors des vacances scolaires, ou en haute saison. Lorsqu’on a un véhicule aménagé, on a la chance de pouvoir bouger librement et de nous offrir des vacances moins coûteuses.

Ci-dessous nous allons vous donner quelques conseils suite à cet achat et à notre expérience.

1 – Choisir le cabarit

Alors qu’il y a encore quelques années de ça, les camping-cars et fourgons se faisaient rares, aujourd’hui de plus en plus de familles, de couples, ou de personnes seules s’y intéressent et en font l’achat, que cela soit juste pour les vacances, de longs séjours ou pour y vivre à l’année. Le choix est large.

Nous ne souhaitions pas de camping-car. Leur gabarit, la plupart du temps, est assez important et nous voulions pouvoir nous déplacer sans difficultés, n’importe où.

Le van nous semblait bien, mais il y a rarement une partie salle de bain, toilette, chose indispensable pour nous. Et pour finir nous avions peur de manquer de place à 4 personnes et 1 gros chien. Nous avons donc choisi un fourgon aménagé ! Une vraie petite maison, mais en compact !

2 – Du neuf ou de l’occasion ?

 

Alors là, j’ai envie de vous dire que chacun a sa propre vision des choses.

On nous a déconseillé du neuf, car on découvre les défauts au fur et à mesure des utilisations, et c’est bien vrai.

Mais pour ceux qui nous connaissent, nous sommes de vrais chats noirs lorsqu’il s’agit des véhicules … Et on s’est promis de ne plus prendre d’occasion sauf si nous n’avons pas le choix.

Toutefois, il faut savoir que les fourgons d’occasion avec 4 couchages (et j’insiste bien sur ce point) se font très rares. D’autant plus que leur coût financier est souvent surestimé.

Nous sommes donc partis sur du neuf, mais avec une extension de garantie de 13 ans par le constructeur, afin de prendre en charge le moindre souci.

3 – Quelle marque ? Quel modèle ?

 

Le choix est très large ! Nous ne comptons pas le nombre de concessions que l’on a été visiter, de salons consacrés aux camping-cars harpentés, afin de découvrir toutes les possibilités à notre disposition. Mais malgré tout notre volonté, nous revenions toujours sur la même marque.

Notre coup de cœur s’est porté sur Knaus, une marque allemande et nous avons choisi le model 600 MQ.

Pour les finitions de l’intérieur, c’est propre à chacun. L’espace intérieur était un point essentiel pour nous, car il ne faut pas oublier que nous n’avons pas toujours du grand soleil, et qu’en cas d’intempéries, il faut que chacun ait son espace. Nous avons pensé également au rangement car c’est vraiment important. Chacun a son placard et chaque chose est à sa place, c’est parfait.

Pour les couchages, notre choix n’a pas été ce que nous souhaitions, pour une simple raison financière. Notre aventure nomade commence par un fourgon avec des lits doubles superposés dont celui du haut est réglable en hauteur, nous permettant de l’ajuster au besoin, mais nous savons qu’on finira par le vendre pour avoir un lit double et un lit pavillon, comme nous avions choisi à la base. Cela nous demandera, par conséquent, un investissement financier plus conséquent.

4 – Parlons assurance 

Toutes les assurances ne couvrent pas les véhicules aménagés. Au départ, nous souhaitions passer par la Macif, mais considérant le suivi désastreux de notre dossier de financement, il était hors de question de nous engager avec eux.

L’assurance qui est la plus avantageuse c’est la Maïf. Nous concernant, elle était très intéressante pour le fourgon, mais pas pour nos voitures. Il est toujours bon de comparer toutes les assurances, et il se trouve que notre banque (Crédit Mutuel) s’est alignée aux tarifs de la Maïf, avec les mêmes garanties. Donc, n’hésitez pas à comparer surtout !

Nous concernant, nous avons fait confiance à notre banque, et ainsi rapatrié toutes nos assurances voitures également la-bas.

5 – Niveau sécurité

 

Pour nous, notre fourgon c’est comme notre deuxième maison. Lorsque nous partons en week-ends, vacances ou voyages, il y contient tout ce qui est essentiel, c’est à dire des choses de valeurs, comme ordinateur, appareil photo etc…mais aussi des souvenirs qui ont une grande valeur sentimentale.

Il était donc indispensable, pour nous, de veiller à la sécurité de celui-ci.

Lors de la préparation du fourgon, nous avons fait rajouter des bloque-portes, afin de garantir une double sécurité, verrouillant la porte centrale mais aussi les portes arrières.

Lien Bloque porte

Nous avons fait également des recherches sur les alarmes, et nous avons découvert la marque «Beeper », une entreprise française (Lyon), qui propose des systèmes de sécurité pour les poids-lourds, les auto et les motos.

Nous avons choisit le Pack XR5CC :

  1. Une alarme
  2. Télécommandes x2
  3. Capteur infrasonique (capteur de pression intérieur)
  4. Capteurs magnétiques aux fenêtres (détecteur intrusion) x4
  5. Un détecteur infrarouge
  6. Un contact capot

Code promo : KIWI100 permets de bénéficier de 100€ de remise immédiate sur le Kit XR5CC

Matériel garantis 3 ans.

Et dernier point sécurité, non négligeable et à moindre coût … Nous avons Harlem, notre berger australien qui nous suit dans toutes nos aventures autant que possible. Une alarme très sûre !

Préparez-vous à faire des bonds la nuit, si quelqu’un s’approche du fourgon, mais au moins il fera fuir les personnes ayant de mauvaises intentions !

6 – Où se garer ? 

 

Il y a encore quelques années, nous pouvions nous garer très facilement, le camping sauvage étant davantage toléré.

Mais suite à l’abus de certains et au manque de civisme, il est de plus en plus réglementé et compliqué, surtout en haute saison. Vous pouvez vite vous retrouver avec une amende qui gâchera votre périple.

Nous utilisons l’application « Park4night », application gratuite, qui vous propose des spots dans le secteur géographique qui vous intéresse. Ses utilisateurs notent les emplacements, peuvent mettre des photos et des commentaires, ce qui permet de savoir si l’endroit est bien ou non.

Nous avons investi dans un véhicule aménagé, afin d’avoir de la liberté mais aussi d’économiser (pas de logement en supplément). Nous privilégions les emplacements gratuits et prenons les emplacements payants que si nous n’avons pas d’autres choix, ou si nous devons recharger les batteries ou vidanger.

D’autre applications existent, mais nous ne les avons pas encore testées : Campercontact, Airck, flush ( pour trouver les WC public)

Amende en cas de stationnement interdit : de 35 à 135 € (France)

7 – Autonomie

Nous cherchons à être autonomes au maximum, que ce soit en électricité ou eau.

Pour cela nous avons en équipement :

  • 1 panneaux solaires de 140 W

  • 2 batteries 95 HA 12 w chacune

  • Réservoir eau propre 120 Litre + géricane de 20 Litre

  • Réservoir eau usé 90 Litre

  • Réfrégirateur compression 150 Litre

  • Bouteille de gaz propane

  • Toilettes à cassette

  • Chauffage Truma Gasoil

Achat à venir :

  • Achat d’un panneau solaire supplémentaire de 140 W

  • Douche solaire

Afin de gérer notre chauffage par bluetooth, on utilise l’application Truma, pour gérer les batterie, nous utilisons l’application JBC+, qui nous indique le niveau de batterie utilisé.

Le mot de la fin ! 

Nous espérons que ces quelques informations vous auront permis d’en savoir un peu plus sur les fourgons aménagés. Si dans l’avenir vous souhaitiez franchir le pas, je vous rappelle comme je l’ai précisé plus haut, qu’il ne s’agit que de notre vécu et que chacun doit faire sa propre expérience.

Cela reste un coût financier, certes. Certains investiront dans une maison, un appartement ou autre. Notre choix s’est porté sur « une maison roulante », car encore une fois, on a soif de liberté, et actuellement, ce fourgon nous donne une bulle d’oxygène dès qu’on a l’occasion de partir avec !

 

Vivez votre vie avec une boussole, pas une horloge
    – Stephen Covey –

 

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

Louer un Tuk-Tuk au Sri Lanka

Louer un Tuk-Tuk au Sri Lanka

Louer un Tuk-Tuk au Sri Lanka

Je ne sais pas si vous le savez mais le Sri Lanka est le seul pays d’Asie qui permette de louer un tuk-tuk. Il n’en a pas fallu davantage pour nous pousser à nous renseigner et à franchir le pas.

Après de longues recherches, notre choix s’est porté sur la société Alma Tour, que nous vous conseillons fortement. Cette entreprise ressort sur plusieurs blogs, et nous n’avons pas été déçus.

Quel démarches faire pour louer un Tuk-tuk ?

C’est hyper simple ! Nous avons d’abord pris des renseignements par facebook. Ils sont très réactifs et répondront à toutes vos questions.

Pour louer un tuk-tuk, il vous faudra absolument un permis international (pensez à en faire la demande longtemps à l’avance), il vous faut faire faire également la traduction du permis en Sri lankais. L’agence par laquelle vous passez se chargera d’en faire la demande ; en 24h normalement c’est réglé.

Alma Tour m’a proposé de faire la démarche à distance pour gagner du temps, mais nous sommes toujours assez méfiants. Nous souhaitions voir d’abord le personnel d’agence avant de payer quoi que ce soit. Mais la prochaine fois, sachant que nous passerons de nouveau par eux, nous le ferons à distance afin de gagner du temps.

Combien ça coûte ?

Il y a 5 éléments importants pour déterminer le coût d’une location de tuk-tuk : le tarif journalier, le nombre de jours de location, le coût de l’assurance (obligatoire et très conseillée, je dirais même indispensable), la traduction du permis et la caution.

Nous avons loué notre tuk-tuk pour 11 jours avec un tarif de 10$ par jour. L’assurance est de 50€ quel que soit le nombre de jours de location. La traduction de nos 2 permis de conduire nous a coûté 40$, mais finalement seul Vince a conduit. Et pour finir, la caution est de 100€ que vous récupérez si vous n’avez fait aucun dégât, ce qui a été notre cas.

A combien pouvons nous rentrez dans un tuk-tuk ?

Nous sommes montés sans trop grosse difficulté à 2 adultes et 2 enfants, avec 2 sacs de 50 litres ainsi que les 2 sacs des loulous et le sac de 30 litres de Vince. Tout est rentré dans le petit coffre et nous avons gardé tout ce qui était électronique (appareil photo, go pro) à mes pieds à l’arrière.

Vous pourrez monter à 3 adultes mais pas plus. Avec des adolescents je pense que cela sera compliqué si vous êtes plus de 3.

N’hésitez pas à demander un tuk-tuk avec galerie, ce qui vous donnera un supplément de place. C’est ce que nous avons fait, mais visiblement il y a eu un souci de communication et nous avons fait sans.

Alors c’est comment de conduire ?

Lors de la location vous aurez droit à un cours de conduite d’une vingtaine de minutes, qui suffisent à bien le prendre en main. Après, vous prendrez le coup de main à force de conduire. Le plus compliqué est surtout la première journée, préparez-vous à caler, c’est une étape obligatoire !

Visiblement, cela sera plus simple pour les personnes sachant conduire un 2 roues, à cause de l’embrayage qui se situe au niveau du guidon.

Le tuk-tuk a seulement 2 pédales, une pour accélérer et une pour freiner.

Surtout garder en tête cette règle du code de la route au Sri Lanka : « Il y a aucun code de la route, c’est le plus gros des véhicules qui est prioritaire ! Si un bus ou un camion veut doubler, ralentissez ou arrêtez-vous pour le laisser passer … »

Donc pour résumer, tout le monde peut conduire un tuk-tuk du moment que vous êtes en règles. Il suffit de prendre confiance et de se lancer.

Il nous avait été recommandé de ne pas dépasser les 100km par jour de conduite. Effectivement c’est ce que nous avons fait et ce fût largement suffisant.

Notre deuxième étape a été la plus compliquée. Nous sommes partis de Ramnatapura en direction de Ella. Nous nous sommes confrontés à des routes principalement de montagne, et notre tuk-tuk, chargé comme il l’était, a eu beaucoup de mal à grimper. Nous avons dû nous arrêter à 2 reprises afin de laisser le moteur refroidir.

Mais ces petits « contretemps » nous ont permis de nous rendre compte de la gentillesse des locaux. Pas une fois, nous ne nous sommes arrêtés sans que quelqu’un vienne voir si tout allait bien.

Le plus compliqué lorsqu’on conduit un tuk-tuk se trouve dans les « grosses » villes, où la circulation y est très dense et où vous devez énormément vous concentrer et ne pas avoir peur de passer entre les véhicules.

Pour conclure :

Nous avons donc loué un tuk-tuk pendant 11 jours, parcouru 619 km, visité 6 villes, nous n’avons eu aucun contrôle policier. La police est assez présente, donc faites attention à bien respecter les limitations de vitesse. 50km/heure est la vitesse maximale pour un tuk-tuk. Sur la plupart des blogs que nous avons consultés, tous ont eu droit à au moins un contrôle des papiers. Est-ce le fait que nous voyagions avec les loulous, ou les grands sourires que nous leur faisions dès que nous les croisions, mais nous n’avons subi aucun contrôle policier, et avons bien respecté les vitesses maximales autorisées.

Conduire un tuk-tuk surprend encore beaucoup de locaux, qui vous adresseront un superbe sourire lorsqu’ils vous croiseront. Vous pouvez vous garer n’importe où, même si nous personnellement, nous ne nous sommes pas aventurés à nous garer en plein milieu de la route ou sur le passage comme certains locaux.

A aucun moment, nous n’avons regretté d’avoir loué un tuk-tuk. Nous conseillons vivement aux personnes venant dans ce pays de tenter cette expérience. Les loulous étaient vraiment heureux de circuler avec ce mode de transport. Cela nous a permis de traverser des villages authentiques, sans touriste, d’admirer les paysages et d’être autonomes.

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

L’assurance voyage

L’assurance voyage

L’assurance voyage

Souvent négligée et pourtant si importante, l’assurance voyage est un vrai casse-tête lors des préparatifs.

Certains prennent le risque de partir sans, mais c’est un peu comme jouer à la roulette russe. Un accident, une maladie, tout peut très vite arriver et la note peut s’avérer salée selon le pays où vous êtes. Et ce d’autant plus, qu’en France, habitués à la sécurité sociale et aux mutuelles, nous n’avons pas conscience du coût réel des frais médicaux.

Par qui s’assurer ?

Les assurances, vous en avez des centaines mais laquelle choisir et à qui faire confiance ?

J’ai tout d’abord fait pas mal de recherches sur internet ainsi que sur les groupes de voyage. Trois assurances ressortaient le plus souvent.

Nous avons comparé les tarifs (plus vous êtes nombreux et plus vous pouvez obtenir des tarifs intéressants, nous avons obtenue 15% de remise avec le pack famille), les montants des prises en charge, les conditions de rapatriement et prises en charge etc … et c’est Chapka Assurances Voyage que nous avons choisie.

Ils ont l’avantage d’avoir plusieurs formules adaptées à vos besoins.

– Long séjour et tour du monde votre formule ici

– Vacances et séjour de moins de 3 mois votre formule ici

– Working Holiday et PVT votre formule ici

– Etudiant, au pair et stage à l’étranger votre formule ici

– Expatrié et voyage d’affaire votre formule ici

– Venir ou revenir en Europe votre formule ici

Toute les formules

Comment ça fonctionne ?

L’assurance couvrira tous les frais de chacun des membres de votre famille, ce qui veut dire que le montant des cotisations est proportionnel au nombre d’assurés.

Nous avons pris une assurance pour 4 mois, les 3 premiers mois étant couverts par l’assurance de notre carte bancaire (nldr : cmso).

Ce que nous ne referons pas.

En cas de besoin ou de question, vous avez un médecin-conseil joignable par téléphone. Après analyse de la situation et du problème, il vous dirige, si besoin, vers un médecin ou un hôpital afin de faire une prise en charge. Appelez absolument l’assurance avant d’entreprendre quoi que ce soit, afin qu’ils ouvrent un dossier, ainsi votre remboursement n’en sera que plus rapide.

Vous devez avancer tous les frais et ce, pour toutes les assurances, ce que nous ne savions pas. Chapka Assurances Voyage traite très rapidement les dossiers, et vous obtenez les remboursements sous 7 à 10 jours contre 30 jours à chaque fois annoncés.

A chaque fois que nous avons dû faire appel à eux, nous avons toujours eu un excellent suivi, encore confirmé lors de mon entorse à l’orteil en Thaïlande ou lors de la suspicion de Covid-19 pour Théa au Vietnam. Dans les jours suivants, l’assurance nous a appelés afin de prendre des nouvelles de Théa, ce qui est très agréable.

Combien coûtent des frais médicaux à l’étranger ?

Comme je l’ai indiqué au-dessus, cela diffère selon les pays. Nous sommes partis uniquement en Asie, dans des pays où les frais médicaux sont « abordables ». Nous avons consulté un médecin ou sommes allés à l’hôpital à 4 reprises, et les montants s’élevaient de 80€ en Myanmar pour la consultation d’un médecin et l’obtention de médicaments, à 500€ au Vietnam, à l’hôpital français d’Hanoï, pour une consultation, une radio des poumons, des prises de sang et un traitement médical.

Bien sûr nous avons été remboursés, mais même 500€ peuvent vite faire chuter votre budget alors pensez-y sérieusement.

Et si c’était à refaire ?

Lorsqu’on fait des recherches on entend tout et n’importe quoi. Je pense qu’il faut se faire sa propre opinion. Chapka Assurances Voyage est une des assurances les plus connues et les plus utilisées par les voyageurs et nous ne regrettons pas une seconde notre choix.

A une différence près, c’est que si c’était à refaire nous aurions pris l’assurance sur la durée totale du voyage. Comme je l’ai précisé plus haut les 3 premiers mois, nous avions l’assurance de notre carte bancaire, et 1 an après avoir reçu des soins en Myanmar, nous n’avons toujours pas perçu leur remboursement. Non pas que ça soit leur faute, mais l’administratif est horrible !

Impossible d’envoyer les documents par mail. Seuls les originaux sont autorisés ce qui veut dire que l’envoi ne pouvait se faire qu’une fois rentrés en France. Ils nous demandent le détail de tout ce qu’on a payé, avec le montant dans la monnaie du pays, puis en euros etc … bref avec Chapka Assurances Voyage, on a juste envoyé les documents par mail, pris tout simplement en photo avec nos téléphones, et on n’en parlait plus.

Maintenant c’est à vous de faire votre propre choix !

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

Nos mésaventures en Road trip

Nos mésaventures en Road trip

Nos mésaventures en Road trip

Que serait un voyage sans sa dose de péripéties et d’imprévus? Certains dont on rit aujourd’hui et d’autres qui ont encore un goût d’amertume. Aujourd’hui on vous dévoile « l’envers du décor ».
Mais une chose est sûre, ce road trip n’aurait pas eu la même intensité si tout avait été trop lisse …

#1 En Thaïlande, nous devions récupérer nos billets de train directement à la gare, pour rejoindre Ayuttawa. La personne chargée de nous les remettre, a refusé de le faire tant qu’on ne payait pas un supplément. Il nous a fallu contacter la plateforme 12Go, notre fournisseur, pour les obtenir.

#2 A Bangkok, à 2 jours de quitter le pays, nous avons perdu le doudou de Théa en prenant le métro … En soi rien de dramatique sauf pour une enfant de 2 ans, comme vous pouvez vous en douter … Cela nous aura valu plusieurs jours de pleurs et cette explication répétée inlassablement, « Tu n’as plus ton doudou chat, on l’a perdu en Thaïlande », qui a difficilement calmé ce gros chagrin.

#3 A Myanmar, notre premier trajet de bus a été le plus horrible de tout notre périple. Pendant 12 heures de trajet, nous avons cru mourir, sans exagération ! Le chauffeur, que dis-je, le chauffard de notre bus, roulait comme un taré et pilait à chaque virage. Bref une horreur, qui aura fait vomir Théa durant toute la route … soit 12h de trajet … Nous avons changé de compagnie pour les autres déplacements et tout s’est bien déroulé heureusement.

#4 Au lac Inle, toujours à Myanmar, je suis passée à travers une plaque en béton avec Théa dans les bras. Une grosse frayeur. Heureusement j’ai réussi, tant bien que mal, à retenir Théa pour ne pas qu’elle tombe. Quant à moi, j’ai eu la jambe bien amochée et très douloureuse très longtemps.

Jour J

Jour +7

#5 Encore au Lac Inle, nous avons réservé une journée sur le lac, avec couché de soleil pour finir la journée. Mais finalement nous avons dû demander à notre guide de nous ramener à 17h suite à une intoxication alimentaire, provoquée par le repas de midi. Seule Théa n’a pas été malade, car elle a refusé de manger. Ce qui lui a valu le surnom de « Ratatouille ». (nlr dessin animé disney)

#6 Sur Mandalay, toujours à Myanmar, nous avons passé la journée au cascades « Dee Dote Waterfall ». Le chemin d’accès n’était pas très stable, beaucoup de cailloux et de rochers. En descendant, j’ai glissé avec Théa dans le porte-bébé. Heureusement, encore une fois, Théa en est sorti indemne et moi avec une belle entorse qui m’a fait souffrir jusqu’au retour en France

#7 A Bagan, et oui encore à Myanmar (ce pays ne nous a pas trop réussi). Bagan est un lieu incontournable. Malheureusement pour nous, nous sommes restés cloués au lit pendant 7 jours et finis à 2 reprises chez le médecin en urgence. Nous avons tous eu une très forte fièvre. Logan a même divagué et halluciné. Et nous pouvons vous dire que devoir s’occuper d’enfants en bas âge dans un tel état est vraiment, mais vraiment, extrêmement difficile.

Sept jours plus tard, nous n’avions plus de symptômes mais une très grosse fatigue, présente pendant encore plusieurs jours.

#8 Au Laos, lors de notre arrivée sur Nong Khiaw , après avoir marché pendant plus de 3km avec toutes nos affaires et les loulous, nous sommes arrivés dans notre logement qui s’est avéré être catastrophique. Nous avons perdu la somme versée et dû trouver un logement en urgence alors que la nuit commençait à tomber. Tous les logements sur place étaient complets, mais grâce au conseil d’une habitante, nous avons trouvé refuge dans une guesthouse pour 6$ la nuit, en plein centre du village, et avec un super cadre.

#9 Lors de notre voyage sur les 4000 îles du Laos, nous avons loué des vélos afin de visiter les îles. Aucun vélo n’étant adapté pour Logan, nous avons pris des vélos avec des sièges enfants à l’arrière, « faits maison ». Lors d’un arrêt pour profiter du paysage, un scooter a foncé sur Logan et moi. J’ai pu tant bien que mal retenir Logan, afin qu’il ne se blesse pas. Il a eu très peur, et comme pour ne pas changer depuis le début de ce voyage, le vélo est tombé sur ma jambe déjà blessée. Heureusement, plus de peur que de mal, mais surtout de la colère car le conducteur nous a regardés sans même s’arrêter, alors qu’il a vu le vélo tomber avec Logan dessus.

#10 Au Cambodge, nous sommes allés voir le village flottant. Nous avons pu obtenir un bateau juste pour nous 4. Le guide était très sympathique, jusqu’à ce qu’il nous arrête dans un endroit et nous demande d’acheter de l’eau et des gros sacs de riz (min 50 Kg soit 50$) pour les enfants cambodgiens. Ayant déjà payé 50$ pour l’excursion, nous lui expliquons que nous étions désolés mais que nous ne pouvions pas. Devant l’insistance du guide et du vendeur, nous avons cédé pour un pack d’eau. Cela n’étant pas assez, ce cher monsieur a refusé de nous le vendre. Nous sommes repartis sur le bateau. Suite à cet incident le guide a changé complètement de comportement, nous disant que nous n’étions pas de bonnes personnes, que l’on ne pensait pas aux enfants. Puis il a demandé au pilote d’arrêter l’embarcation en plein milieu du Mekong pour nous mettre la pression et nous faire céder. On a dû rester 10 min à subir son agressivité, 10 minutes qui nous ont paru durer une éternité ! Nous avons fait notre maximum pour ne pas montrer notre stress et notre colère aux enfants afin de ne pas les inquiéter.

Après lui avoir tenu tête, nous sommes revenus, agacés et soulagés, à bon port.

Une excursion dont on gardera un très mauvais souvenir.

#11 Suite à une mauvaise intuition et à 2 jours de notre départ pour Bangkok, nous avons découvert par hasard que notre vol avait été annulé, sans même en avoir été informés par mail. La compagnie nous a proposés un vol 1 jour plus tôt. Nous avons dû faire les changements par téléphone, ce qui nous a été très pénible, car parler anglais au téléphone est de notre point de vue encore plus difficile. Un bon coup de stress jusqu’au moment de monter dans l’avion.

#12 Le 22 décembre, à 2 jours du réveillon, nous arrivons sur l’île de Koh Lanta. C’est à ce moment-là que nous apprenons que l’hôtel réservé pour passer le réveillon, avait fermé depuis plusieurs mois, mais que nos 326€ de réservation avaient bien été encaissés. Nous avons été hébergés par la femme d’un expatrié allemand la première nuit, puis nous sommes partis chercher un logement en catastrophe, sur une île ou les tarifs sont multipliés par 4 en cette période de fêtes.

Après une grosse confrontation avec Booking.com nous avons obtenu le remboursement de notre réservation. Malgré nos avertissements à la plateforme, l’hôtel est resté présent sur le site durant plusieurs mois.

#13 Sur l’île de Ko Samui, en Thaïlande, nous avons loué une voiture afin de visiter l’île librement. Nous sommes tombés en panne au bout de 5 min. Nous sommes retournés chez le loueur, qui nous a guidés lorsque nous avons dû garer la voiture, car il y avait de gros poteaux. Lui faisant confiance, nous avons manoeuvré comme il nous l’indiquait. Mais la voiture ne passait pas, comme nous le pensions. Résultat : 100€ de réparation à payer. Cette histoire nous aura encore démontré que l’on doit s’écouter davantage.

#14 Le quatorzième et non le moindre ! Au Vietnam, sur la plage de Nah Trang, il nous aura fallu 2 minutes d’inattention, pour nous faire voler mon sac avec dedans, carte bancaire, liquidité, téléphone, lunettes de vue et solaires de Logan, mon sac tissé lors de notre séjour chez Marine et Dédé en Thaïlande … Il y avait des touristes sur la plage mais personne n’a bougé le petit doigt. Nous avons passé la journée à faire des oppositions, fait 3 commissariats avant que quelqu’un ne prenne notre plainte. S’en suivra 10 jours de bataille avant d’obtenir le papier de dépôt de plainte pour l’assurance.

Je précise que mes affaires étaient cachées mais la personne qui nous a volés, nous observait donc il a très bien vu ou j’avais tout caché.

#15 Toujours au Vietnam, lors de notre croisière dans la baie d’Halong pendant le Tek (ce que nous déconseillons fortement), la compagnie nous a écrit la veille du départ, pour nous dire qu’en raison du Tek, nous allions avoir un supplément de 30$ par personne ! Nous avons trouvé cela inadmissible. Dans un premier temps, j’ai obtenu l’annulation d’un supplément pour les loulous. Une fois à bord, nous avons fait la connaissance d’un couple de français et nous avons découvert qu’ils avaient payé le tarif de base sans supplément. Ils étaient passés par une agence et nous par Booking. Suite à un mail de notre part, Booking n’a rien voulu faire car je cite : « ils auraient pu vous demander davantage… » ! Après plusieurs messages échangés avec la compagnie en question, j’ai obtenu l’annulation du supplément à condition que je ne passe pas par Booking mais directement par eux afin qu’ils n’aient pas de commission à donner.

#16 Après notre croisière sur la Baie D’Halong, nous sommes rentrés en bus jusqu’à Hanoï. Lorsque nous sommes descendus du bus, nous nous sommes aperçus que nous avions oublié les sacs des loulous qui étaient restés sur les sièges avant. Vince a dû courir après le bus afin de récupérer nos affaires. On saluera son sprint en chaussures aquatiques absolument pas adaptées !

#17 Lors de notre départ sur Da Nang, la van qui est venu nous récupérer ne comportait qu’une place alors que nous étions 6. Malgré notre insistance, expliquant qu’on ne se séparait pas, ils n’ont rien voulu entendre. Sur le coup de l’énervement, je suis montée dans le van avec Théa, mais je n’ai pas fait attention que je n’avais sur moi ni téléphone, ni papiers, rien du tout ! Je suis restée 45 min à attendre que le van contenant Vince, Logan et mes parents arrivent. Un gros coup de stress car je ne savais pas où ils étaient et je ne pouvais pas les joindre.

#18 La veille de quitter le Vietnam pour rejoindre la Malaisie, nous avons fini en urgence à l’hôpital français d’Hanoï suite à une suspicion de Covid-19 (très grosse fièvre qui ne descendait pas, toux irrité) sur Théa. Après une journée entière à stresser, à faire passer des examens à notre louloute, qui a été fabuleuse il faut le dire, sa radio des poumons et ses prises de sang ont dévoilé une grosse bronchiolite. Nous avons pu rejoindre Kuala Lumpur sereinement.

Le voyage est fait d’aventures, certaines plus difficiles que d’autres, mais c’est tout ce qui fait l’importance de tous ces moments. Il n’aurait pas autant d’impact si tout se passait correctement, sans imprévu, sans galère. On en ri maintenant en y repensant, sauf pour le vol bien sûr, car ça on l’a toujours en travers … Mais les galères nous ont permis de nous rendre compte à quel point il y avait encore des gens généreux, honnêtes, et heureusement. On retiendra surtout cela.

La preuve si on nous proposait de repartir, on signerait les yeux fermés, tout en sachant qu’il nous arriverait encore des aventures !

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram