Voyager avec des enfants en bas âge, c’est comment ?

Voyager avec des enfants en bas âge, c’est comment ?

Voyager avec des enfants en bas âge, c’est comment ?

C’est FOR-MI-DA-BLE !

Mais attention…. formidable ne veut pas dire parfait !

Lors du départ le 24 septembre 2019, Théa avait 2 ans et Logan 5 ans. On s’était fait une idée, connaissant nos enfants, du déroulement de notre voyage et ce fût complètement différent.

Pendant 5 mois, nous avons découvert nos enfants d’une nouvelle manière. Théa ayant un caractère plus difficile, on s’était préparé à s’en voir avec elle plus qu’avec Logan ; mais ce fut le contraire !

Logan était très excité de vivre cette aventure, tellement heureux, qu’il n’a pas réussi à gérer cet énorme changement, et ça s’est ressenti sur son caractère. Chacun de nous a eu du mal à trouver ses nouveaux repères et à subir les humeurs de Logan les 2 premières semaines. En toute honnêteté, entre le stress et la fatigue, vous finissez par douter du choix de partir aussi longtemps et aussi loin avec vos loulous. Mais nous nous sommes soutenus, nous avons beaucoup parlé avec lui. On s’est armé de patience et ça a fini par se calmer et on a pu finalement être beaucoup plus zen !

Parlons de l’école durant le voyage !

 

Alors là, c’est le point sur lequel nous étions hyper sereins ! Théa ne rentre à l’école qu’en septembre 2020, et Logan rentrait en CP cette année. Malgré toutes les réflexions (plutôt négatives) qu’on a pu recevoir car on lui faisait manquer une partie de son année de CP, aucun stress. Logan est un petit garçon qui adore l’école et qui travaille très bien. Nous avons eu la chance d’avoir une maitresse très présente, et qui a tout fait pour nous faciliter l’apprentissage de Logan pendant notre périple.

Dès le départ, nous avons été clairs : hors de question de faire des devoirs tous les jours ou de lui imposer un nombre précis d’heures de travail scolaire quotidien. Nous étions en voyage pour profiter de nous, de notre famille et Logan allait apprendre tellement plus de choses en voyageant que devant un cahier (cela est notre point de vue).

Alors comme je le disais, Logan « adore l’école » mais il aime surtout les conditions de travail de l’école, les devoirs avec maman c’est moins cool qu’avec maitresse et les copains.

Jamais je n’aurais pensé, que ça serait aussi compliqué de lui faire faire des devoirs. Mais avec le confinement (Logan a repris l’école seulement 1 semaine avant qu’on ne soit en confinement, à cause du Covid-19), j’ai compris que je me mettais trop la pression avec les devoirs, et que j’en demandais un peu trop à Logan, alors qu’à présent, ça se passe à merveille. Je connais le niveau de Logan ainsi que ses capacités, et je lui en ai demandé plus que je n’aurais dû, au vu du contexte.

Cette expérience nous aura permis d’aborder les devoirs avec plus de souplesse.

Et le logement, les transports, la nourriture ?

Pour les logements, nous avions un budget maximum de 20€ par nuit durant le voyage, avec comme critère prioritaire la propreté. Aucun problème de séjourner dans des endroits sommaires, mais hors de questions de faire dormir les loulous dans des endroits pas sains. C’est pour cela qu’à 3 reprises, nous avons refusé ou quitté un logement.

Malheureusement, nous avons eu aussi des mauvaises surprises comme à Yangoon, où nous avons découvert plein de petites bêtes et champignons contre le lit de Logan. Mais nous avons aussi découvert des endroits très bien, heureusement.

Concernant les chambres, la plupart du temps nous avions un grand lit double et 1 lit simple où dormaient les loulous. Mais nous avons aussi eu 2 lits simples et quelques fois même, 1 seul lit double (ça n’a pas été nos meilleures nuits). Avoir 2 grands lits doubles était du grand luxe pour nous, lorsque ça nous arrivait!

Pour les transports, la plupart du temps, nous réservions 3 places, pour économiser, mais aussi car Théa faisait systématiquement le trajet sur mes genoux.

Pour les bus de nuits par contre, on prévoyait 4 places. Pour les trains de nuits, 2 uniquement et lorsqu’on nous obligeait à en réserver 1 pour Logan, elle nous servait uniquement à mettre nos affaires. Impossible pour nous de laisser les loulous dormir seuls. Cette idée nous stressait plus qu’autre chose.

La nourriture … alors là, les enfants ont été particulièrement cools ! On appréhendait beaucoup ce moment avec Logan, qui avec son trouble de l’oralité, a des difficultés lorsqu’il s’agit de changer d’alimentation. Finalement le voyage a été un déclic pour lui, et à notre grande surprise, il s’est mis à goûter beaucoup de choses.

Nous avions pour priorité, de faire manger les loulous, puis en fonction du budget restant, de nous nourrir à notre tour. Selon les endroits et les pays nous avons été plus ou moins gâtés, et nous avons fini par assouplir un peu plus le budget-nourriture afin de nous faire plaisir plus souvent.

Là aussi, beaucoup nous disaient de faire attention avec l’alimentation pour les enfants, mais en 5 mois, aucun de nous n’a été malade une seule fois à cause de la nourriture avalée, que ça soit dans la rue, dans les petits « bouibouis » ou dans les restaurants.

Vous trouverez toujours de quoi manger. Je vous l’accorde nous n’avons pas toujours mangé équilibré. Les loulous ont par moment diné avec un chocolat au lait et du pain, beurre, confiture mais est-ce vraiment ça le plus important ? … Je ne pense pas.

Sécurité ou insécurité ? 

Cinq mois en vadrouille, 8 pays visités et à aucun moment on s’est senti en insécurité.

On était surtout vigilants à la circulation, car en Asie, du moins dans les pays que nous avons traversés, il n’y a aucun code de la route et les piétons ne sont en aucun cas prioritaires.

Mais à part ça, c’était un bonheur de pouvoir se promener et de les laisser courir. En France, malheureusement, on garde toujours les enfants, juste à côté de nous. En voyage, ils avaient plus de liberté, même s’ils restaient toujours dans notre champ de vision. C’est un comble sachant qu’on est à l’étranger, et c’est énormément plaisant de se sentir en sécurité partout. Mais nous restions malgré tout, très vigilants; on est à l’abri de rien.

Pour conclure ? 

Ce voyage nous a fait passer par toutes les émotions. Nous avons vécu des moments tellement uniques! Bien sûr, auparavant nous étions une famille soudée mais ces mois, ensemble, non-stop, nous ont encore plus rapprochés.

C’est très gratifiant d’entendre ses enfants se souvenir de ces moments partagés et parler de tout ce qu’ils ont vécu.

Partir avec des enfants en bas âge, peut faire peur, mais franchissez le pas, vous ne le regretterez pas !

« Ce qui importe ce n’est pas le voyage, c’est celui avec lequel on voyage » – Jean-Luc Gendry

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

Une nuit en train

Une nuit en train

Une nuit en train

Si vous avez bien regardé notre Blog, vous avez dû voir notre « Dream List » dans laquelle nous avions indiqué notre souhait de prendre un train de nuit, en Thaïlande.

Dans notre itinéraire en Thaïlande, rejoindre Chiang Mai depuis Ayutthaya était l’occasion de vivre cette expérience.

« La plus grande aventure que vous puissiez entreprendre est de vivre la vie dont vous révez » – Oprah Winfrey 

Nous avons réservé nos billets directement depuis l’application 12go, une plateforme très pratique pour acheter vos billets de bus et de train en Asie. Une grosse partie des pays du continent y sont disponibles.

Le plan était d’arriver le matin sur Ayutthaya, y passer la journée et prendre le train le soir afin d’être le lendemain matin à Chiang Mai.

Nous avons pris des billets pour un départ à 21h, nous en avons eut pour 95€. Nous avons acheté 2 billets adultes, 1 billet enfant pour Logan, et avons bénéficié de la gratuité pour Théa (donc pas de siège) qui avait moins de 3 ans. Les billets sont à récupérer directement à la gare et c’est là que les choses se sont compliquées.

Comment récupérer vos billets ? 

Nous étions à la gare 3h avant le départ du train. La journée sur Ayutthawa avait beaucoup fatigué les loulous et nous voulions nous installer et manger tranquillement avant que le train n’arrive.

Nous avions pris un Grab pour nous rendre à la gare. Le kiosque pour récupérer les billets est très simple à trouver puisqu’il suffit de lire les affiches jusqu’à trouver « 12go » sur la porte.

La personne en charge des billets était pour le coup à l’opposé des thaïlandais que vous croisez habituellement, il n’était ni très sympathique, ni très souriant. Mais nous sommes passés outre et lui avons présenté notre confirmation reçue par mail. Et à notre grand étonnement, cette personne a refusé de nous donner nos billets !

Sans billets, pas d’accès au train …

Il nous a accusés de ne pas avoir pris le nombre de billets nécessaires, et nous a demandés de payer immédiatement un billet supplémentaire pour Théa, malgré qu’elle soit présente sur la confirmation. Il ne veut rien savoir et campe sur ses positions.

Nous lui avons montré le site 12go, où il est bien indiqué que c’est gratuit, mais en vain. il refuse toujours. Il nous a laissés dans son bureau et est parti avec nos billets en mains … Pour nous impossible de céder. Il était indiqué noir sur blanc que Théa bénéficiait de la gratuité et nous avions bien compris qu’il essayait d’arrondir son salaire.

L’avantage d’être arrivés à l’avance c’est qu’on a le temps. Nous avons commencé à écrire un mail à 12go et lui en avons fait part. Est-ce cette démarche qui ne lui aurait pas plus ou tout simplement de voir qu’on ne comptait pas se laisser faire, mais 2 min plus tard, nous avions nos billets en mains, prêts à partir. Inutile de préciser que nous n’avons pas eu de réponse à notre « Good Bye », mais le principal était d’avoir enfin nos billets.

Cette personne avait réussi malgré tout à nous faire douter donc nous avons demandé à plusieurs personnes travaillant à la gare de nous confirmer la gratuité de Théa puisqu’elle n’avait que 2 ans.

Comment est la gare d’Ayutthaya ?

Une catastrophe … On ne s’attendait pas à du grand luxe, mais au moins à un minimum de propreté.

Forcément nous avons dû utiliser les toilettes, nous n’avons jamais vu des WC aussi sales qu’ici. Impossible de pouvoir poser ses mains nulle part, une odeur horrible s’en dégageait, je pense qu’elles n’ont jamais été nettoyées.

Pour le repas, rien autour du bâtiment. Nous avons pris des frites et des nuggets pour les loulous, à une dame qui en vendait dans la gare. Ici aussi, on ne s’attarde pas trop sur la propreté. Les loulous ont pu manger un peu et sans être malades c’est le principal.

Par contre, le personnel de la gare est très sympathique. Le monsieur qui indique l’arrivée du train nous a amenés jusqu’à notre wagon. Il y avait beaucoup de place pour s’assoir, ce qui est très agréable.

Pendant notre attente, nous avons pu échanger avec cette personne et il nous a montré fièrement les photos de ses magnifiques enfants.

Et cette nuit alors ? 

21 heure pile, notre train arrive.

Le personnel du train installe les couchettes vers 20h. Du coup, lorsque nous montons dedans tout est déjà prêt. Le train qui est parti de Bangkok est déjà bien plein. Nous avons des places attitrées et nous slalomons entre les sacs des voyageurs jusqu’à atteindre nos places.

Nous avons 3 couchettes mais n’en utilisons que 2 car nous ne voulons pas que les loulous dorment tout seuls. Le temps de s’installer, le contrôleur passe contrôler nos billets. Là encore, aucun souci pour Théa … Compte tenu de l’heure déjà bien avancée, tout le monde s’installe dans son lit et nous commençons notre nuit sans grande difficulté, la fatigue étant bien présente.

Les loulous ont très bien dormi. Vince et moi-même, plus difficilement car ça secoue pas mal et nous n’avons pas énormément de place avec les loulous. Mais le soleil se levant de bonne heure, nous avons pu profiter des paysages dès notre réveil.

Le voyage est propice aux rencontres. Nous avons fait la connaissance d’un jeune photographe qui travaille pour Agoda, et qui voyageait avec des amis.

Nous étions au début de notre voyage et notre anglais n’était pas au plus haut niveau, mais nous avons pu échanger et ce fût vraiment agréable.

On ne remerciera jamais assez le voyage de nous offrir la chance de faire des rencontres comme cela.

Après 11 heures de train, nous voilà arrivés sur Chiang Mai. Le personnel du train, passe dans les wagons indiquer à chaque voyageur qu’il est arrivé à destination.

Chiang Mai nous voilà …

Et pour conclure ?

Nous avons adoré notre expérience ferroviaire en Thaïlande. Les loulous en garde un très bon souvenir.

Bien que le début fût assez stressant à la gare, on renouvellera l’expérience dès qu’on en aura l’occasion. Même si la gare d’Ayutthaya laissait à désirer, le train lui, était très bien, encore une fois pas du grand luxe, mais largement suffisant. Vous côtoyez les locaux ce qui provoque de belles rencontres.

Infos pratiques

Trajets

Ayuttaya – Chiang Mai

  • Service: 12Go (https://12go.asia/fr)
  • Class: Train – 2nd Class Sleeper AC
  • Départ: 12Go Makkasan Station – Airport Rail Link
  • Arrivée: Wat Maha That
  • Prix: 95€ / 3 personnes – Couchette

    Gratuit enfant – 3 ans 

    Tarif réduit – 12 ans 

 

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

Thaïlande : On a franchi le Cap du Tatouage au Bambou !

Thaïlande : On a franchi le Cap du Tatouage au Bambou !

Thaïlande : On a franchi le Cap du Tatouage au Bambou !

Ah, la passion des tatouages ! …

On connait bien, même très bien avec Vince. On ne les compte plus … enfin, si… 9 pour Vince et 16 pour moi, on tient nos comptes !

Lorsqu’on a organisé notre périple en Asie, on a cherché quoi faire ou quoi ramener en souvenir de ces mois sur les routes. On n’est pas bibelot qui prend la poussière.

On n’avait ni la place, ni le budget pour se permettre de ramener des choses des 4 coins du monde.

Il nous est tout naturellement venu l’idée du tatouage. Cette même idée nous avait déjà traversé l’esprit lors de notre voyage de noce à Ibiza, mais avec regret nous avions dû y renoncer..

« Un tatouage est la reproduction d’une histoire, d’une blessure, d’un sentiment dont on veut se souvenir éternellement. »

 

Il était hors de question de le faire n’importe où et avec n’importe qui. Beaucoup de voyageurs choisissent sur place et sur le moment. L’éternelle organisatrice que je suis, a cherché et réservé notre rdv chez un tatoueur, depuis la France

Nos critères ? Hygiène, Sérieux, Feeling. Et c’est chez Thaï Bamboo Tattoo à Bangkok, que nous avons trouvé tout ce que nous cherchions.

Nous aurions clairement pu trouver moins cher, mais la qualité a un prix, quel que soit le pays.

 

Pourquoi se faire tatouer au Bambou ?

Nous étions d’accord tous les deux, hors de question de se faire tatouer avec une machine, comme nos tatouages précédents. On voulait un tatouage traditionnel, typique, et c’est ça aussi, qui rendait ce moment encore plus précieux.

Le tatouage au Bambou ou Sak Yant a beaucoup d’aspects non négligeables.

Contrairement au tatouage à la machine qui déchire la peau, le bambou, lui, n’agresse pas. La peau est transpercée point par point (comme le Dot Art).

Les aiguilles sont attachées au bout d’une tige en bambou ou en acier, ce qui fait que le tatoueur trempe l’aiguille dans l’encre et marque la peau par pointillés et non pas par ligne, comme avec la machine.

Et la douleur, me direz-vous ? On ne va pas vous mentir, ça fait mal. Mais la douleur est complètement différente. Elle s’arrête au moment même où le tatoueur cesse son travail, contrairement à la machine, où la douleur persiste plusieurs heures après. Au toucher, vous ne ressentez aucune douleur une fois la séance de tatouage terminée.

Par contre la méthode est plus longue avec le bambou qu’avec la machine, donc prenez votre mal en patience. On n’a rien sans rien.

Comment a-t-on choisit nos tatouages

De mon côté, le choix a été une évidence. On se faisait tatouer en Thaïlande, notre pays tant adoré, donc je voulais un tatouage typique de chez eux.

Ils ont plusieurs tatouages de prière thaïlandaise. J’ai choisi celui des 5 lignes traditionnelles. Chaque ligne a une signification précise. Il apporte protection et chance principalement. Avant de commencer le travail, notre tatoueur a fait une prière afin d’activer les bienfaits de ce tatouage. Je n’ai pas de mot pour définir ce moment, c’était tellement particulier et unique !

Vince, quant à lui, s’est décidé pour un Bouddha, agrémenté d’un Enso et d’un Unalome.

Voici la signification du tatouage fait par Vince :
« L’Enso : vient de la calligraphie japonaise du bouddhisme Zen. Il est normalement réalisé au pinceau d’un seul trait, sur une seule expiration.
Il peut être totalement fermé, ou comme le mien ouvert et il prend donc la signification de l’ouverture d’esprit.
Dans le bouddhisme zen il symbolise : l’éveil, l’univers, la vacuité et l’énergie (Ki en japonais).
C’est une invitation à la méditation.
Il aide à créer le vide en soi pour que viennent les solutions, les créations et les actions que vous souhaitez apporter à votre vie.

Le Bouddha : Au fur et à mesure que le voyage avance, je ne cesse d’admirer ces hommes de foi que tous respectent ici, en Asie du Sud-est.
J’ai eu le privilège de discuter avec quelques-uns et ce sont des êtres humains tellement calmes, posés, ouverts aux autres et d’une gentillesse inimaginable.
J’ai ajouté le bouddha pour qu’il m’apporte un peu de leur sagesse et de leur calme.
Dans la position du lotus c’est également une invitation à la méditation et l’illumination (l’éveil spirituel).

L’Unalome : La base est occupée par l’Enso, mais la partie supérieure, elle, symbolise l’évolution de la vie. Chaque spirale est un moment important de la vie.
A chaque problème, la spirale se retourne et commence une nouvelle vie.
Chaque fois qu’on se retrouve dans l’échec, on se relève et on commence un nouveau chemin qui nous emmène à une nouvelle croissance, jusqu’au prochain échec et ainsi de suite. C’est l’évolution à chaque instant de sa vie et le fait de ne jamais abandonner.
Pour finir, la pointe verticale symbolise le but, l’illumination. »

Soigner un tatouage au Bambou

Concernant les soins, rien ne change par rapport à un tatouage à la machine. Notre tatoueur nous a conseillé du Bepanthen. Toutefois, Vince qui y est allergique ne pouvait pas en mettre.

C’est ici que les choses se sont compliquées, puisque nous ne trouvons pas en Thaïlande, les mêmes produits qu’en France. Après un long moment avec les pharmaciennes de Bangkok, on est reparti avec une crème identique au cicalfate de chez Aven, dont on se sert beaucoup en France.

Pour ma part, j’ai décidé de me soigner avec de l’huile de coco, beaucoup moins chère que les produits exportés et trouvés en pharmacie. Et je n’ai aucun regret, mon tatouage s’est cicatrisé en quelques jours.

L’avantage du tatouage au bambou est aussi le temps de cicatrisation, très rapide. En 7 jours c’était réglé.

  • Aucune croûte
  • Aucune démangeaison, provoquées par la peau qui cicatrise
  • On a pu se baigner 3-4 jours après la séance

Bref que des avantages.

Et pour conclure ?

Nous conseillons à 100% le tatouage au bambou. Cela a été une expérience indescriptible. Nous avons fait une belle rencontre avec Chris et Mena sa femme.

Nous réitèrerons l’expérience du tatouage au bambou dans chacun des pays qui le pratiquera, si l’opportunité se présente.

« Un tatouage est un peu comme une piqûre de bonheur, c’est pour cela qu’on en devient dépendant  »

 

Infos pratiques

Pour contacter notre tatoueur :

Facebook

Instagram

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

7 jours dans la capitale démesurée de la Malaisie

7 jours dans la capitale démesurée de la Malaisie

7 jours dans la capitale démesurée de la Malaisie

Kuala Lumpur, soit on adore, soit on déteste. Nous concernant, on ne s’attendait pas à ce que cette ville nous plaise à ce point-là.

Nous quittons Hanoï au Vietnam, dans le bruit incessant des coups de klaxon, risquant notre vie à chaque traversée de rue (sans exagération) et avec des locaux au visage très fermé. Nous avions simplement besoin de calme, et ce n’était pas forcément dans cette grosse ville que nous pensions le trouver. Après avoir passé 2h à l’immigration … nous prenons notre premier Grab pour atteindre notre logement, au terme de 52 min de voiture. (Il faut savoir sur l’aéroport n’est pas proche du centre).

Pendant ce trajet, quelque chose a été flagrant pour nous : le calme, un calme tellement apaisant ! Pas de coups de klaxon, des locaux tellement souriants, bienveillants et curieux d’en savoir un peu plus sur nous. Tout de suite, nous nous sommes sentis plus reposés et prêts pour cette semaine qui nous attendait.

Les Tours Petronas (Petronas Towers)

Si vous êtes de passage à Kuala Lumpur, impossible pour vous d’ignorer les 2 tours Petronas, que vous ne pouvez rater. Elles sont déjà impressionnantes en photo, alors je vous laisse imaginer en vrai !

Construites en 1998, les tours jumelles ont une hauteur de 452 mètres et sont reliées par une passerelle au 41éme et une au 42ème étage, accessibles pour les visiteurs pour 18€ par personne.

Un conseil: allez-y de bonne heure afin de profiter de la vue et d’être les seuls sur place ou presque.

KLCC park

Alors là, préparez-vous !

Ici, c’est le paradis pour les enfants! Plus de 200m2 d’aires de jeux pour le plus grand plaisir des Loulous. Même nous adultes, nous nous extasions devant. Tout y est tellement propre, bien entretenu, c’est un réel plaisir pour les petits comme les grands.

Après 1h30 de jeux, nous avons repéré en contrebas une grande pataugeoire. Les loulous ayant couru non-stop et sachant qu’il fait très lourd sur Kuala Lumpur, ce fut un plaisir pour eux d’y jouer!
Tout y est bien surveillé afin que les lieux restent propres, et que les règles soient respectées. Tout ce qu’on aime.

Shopping

Si vous êtes comme moi, Kuala Lumpur est le paradis pour les personnes aimant le shopping. La ville regorge de centres commerciaux plus grands les uns que les autres, présentant aussi bien des boutiques de marques modestes que de grosses enseignes de luxe.

Un petit paradis avec de l’espace et de belles boutiques, le tout d’une propreté parfaite. J’insiste sur la propreté mais après 4 mois en Asie, c’est un élément qu’il faut souligner !

Jalan Alor Street Art

Nous avons eu plaisir à découvrir le street art, situé dans les mêmes endroits que la street food de Kuala Lumpur. Habitués à la street food de Thaïlande, nous avons éprouvé une grosse déception en découvrant des restaurants, les uns à la suite des autres, nous faisant harceler sans cesse par les serveurs. Ce n’était absolument pas ce que nous recherchions. Si vous êtes amateurs de street art, le mieux est de vous promener dans les ruelles.

Tout s’est bien passé, jusqu’à ce qu’une grosse pluie s’abatte sur nous, nous obligeant à prendre un Grab afin de rejoindre le KLC, nous acheter à manger et rentrer à notre appartement.

Les chauffeurs de Grab refusant de venir dans les petites rues, nous avons dû marcher un moment sous la pluie, afin de rejoindre une grande allée.

Batu Caves

De passage sur Kuala Lumpur ne ratez surtout pas cet endroit !

Batu Caves est le plus grand temple indou en dehors de L’Inde. Nous sommes tombés sous le charme de toutes ses couleurs et sa gigantesque statue d’or. Nous y sommes allés vers 8h30. C’était très bien, mais si nous y retournons un jour, cela sera au lever du soleil afin de découvrir l’ambiance qui y règne à ce moment très particulier.

Nous avons bien évidemment monté les centaines de marches, toutes colorées, pour atteindre la grotte située tout en haut des escaliers.

Il est conseillé de faire attention aux nombreux singes présents sur les lieux.
Nous avons quitté l’endroit vers 10h alors que la foule commençait à arriver.

Lors de la descente des marches, nous avons observé un groupe d’indiens qui, nous semblait-il, récitait une sorte de prière. Après discussion avec le chauffeur du Grab, nous avons appris que ce week-end là, se tenait une fête appelée « Thaipusan ». C’est une importante fête religieuse en l’honneur du dieu Shiva. Les hindous malais s’infligent des tortures et se mettent en transe dans le but de se libérer de leurs péchés.

Nous sommes partis au bon moment sans le vouloir, car les scènes peuvent être très choquantes pour les enfants comme pour les adultes.

Infos pratiques

Où dormir ?

Nous avons séjourné au  » Expression Suite KL « .
Trouver un logement a été une vraie prise de tête, entre les tarifs exorbitants et les avis complètement contradictoires. Nous avons fait confiance à une instagrameuse, qui nous a conseillé cet hôtel et nous n’avons pas été déçus.

Le seul hic étant le prix … Hors budget pour nous. Pourtant nous avons fait le choix, malgré tout, d’y séjourner car nous avions envie de confort et de propreté mais également d’avoir un peu d’escape pour chacun d’entre nous.

Nous avons pris un appartement afin d’économiser sur les repas, qui nous auraient coûté très cher si nous avions mangé à l’extérieur.

Où manger ?

Si vous êtes de passage au  » KLCC « , nous vous conseillons d’aller manger au  » Ben’s restaurant « . Au premier abord, nous avons pensé que les tarifs seraient élevés. Mais nous avons été agréablement surpris par les prix affichés sur la carte. Nous avons finalement mangé sur place et nous nous sommes régalés. Le personnel est d’une gentillesse sans nom et le cadre vraiment sympa.

En ce qui concerne les courses, ayant loué un appartement avec cuisine équipée, nous faisions nos courses au  » KLCC « , dans le supermarché situé au rez-de-chaussée. Vous y trouverez beaucoup de choix mais des prix un peu élevés. Toutefois cela sera toujours moins cher que si vous mangez au restaurant ou à l’extérieur durant votre séjour.

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram

Homestay La maison

Homestay La maison

Homestay La maison

« Un petit paradis en pleine nature » c’est ce que m’inspire Homestay la maison.

Lorsque j’ai pu faire la connaissance de Marine, j’ai tout de suite su que c’était bien ici qu’on trouverait l’authenticité que l’on recherché à travers ce voyage.
Nous voilà chez les « Karen », une tribu situé dans le Nord de la Thaïlande, en immersion dans la famille de Dédé et Marine, pour 4 jours.
Dès le premiers contact nous avons découvert une famille remplit de gentillesse et de générosité. On se sens chez eux comme à la maison, ils feront tout pour que votre séjour se passe parfaitement.
Dès notre arrivée nous avons voulu profiter de chaque moment, nous découvrons les lieux au fur et à mesure.

Marine nous expliqua que Dédé devait couper les arbres qui poussaient sur la route, vous vous doutez bien qu’ici ils n’ont pas l’entretien des voies communes comme nous. Ni une ni deux Vince proposa son aide à Dédé, muni d’une machette, les voilà en train de couper les branches, puis les transporta par la suite en scooter un peu plus haut pour les brûler.

Ce fût l’occasion par la suite de choisir la couleur de mon sac, devant moi plusieurs nuances de laine, toutes teintent à la main par Marine et Moumo. Moumo installa l’appareil qui nous servira à préparer la laine pour tisser le sac. Beaucoup plus simple à voir qu’à faire, nous nous sommes prêté au jeu à notre tour.

Le soir venu nous avons pu goûter à leur très bonne cuisine, nous changeant de ce que l’on mange actuellement, surtout en quantité, quand je parlais de générosité, on peut aussi s’en apercevoir dans l’assiette … Mais par contre quel délice !
Après une bonne nuit, bercé entre les chants des coqs au petit matin, nous voilà en forme pour attaquer cette nouvelle journée.

Marine qui travaille certaines matinées, nous laissa entre les bonnes mains de Dédé, nous enfilons nos baskets, Théa en porte bébé, direction la découverte des rizières de leur village.
Devant nous des paysage d’un superbe vert, le silence, on a juste à ouvrir les yeux et admiré ce paysage qui s’offre devant nous. Après avoir marché, grimper, nous arrivons à leur maison située dans les champs, où nous retrouvons MouMo qui y travaille depuis le matin même. A ce moment là je regarde Logan & Théa et je dois avouer qu’on les a pas vu aussi épanouïs depuis le début du voyage qu’à ce moment là. Après avoir nourri les poules avec Moumo, nous partons à la pèche avec Dédé, péché notre repas du soir. Après une bonne heure, de pèche et 10 poissons de péchés, c’était l’heure de rentrer.
Sur la route Dédé s’arrêta à une maison récupérer un scooter pour nous ramener plus vite, Logan ne se fit pas prié pour monté devant Dédé, puis ce fût à mon tour avec Théa en porte bébé, oui oui vous lisez bien, à 4 sur un scooter ! On ne s’imagine pas faire ce genre de chose chez nous, mais ici en Thaïlande c’est tellement commun, et puis c’est bien ça l’aventure ! Puis ce fût au tour de Vince et Moumo d’être ramené.

Après une bonne sieste pour les enfants et Vince, j’ai commencé à apprendre à tisser avec Marine. Les choses sérieuses commencent ! La nuit tomba rapidement, j’ai pu juste commencer car nous avions prévu d’aller nous promener jusqu’au pont du village. Logan parti en scooter avec Dédé c’est avec Marine, Vince et Théa que nous partons marché.
Nous arrivons devant ce fameux pont, vous demandant si nous ne risquions rien en marchant dessus, puis vous voyez des scooters arriver et rouler dessus pendant que vous vous serrez sur le côté pour les laissé passer. Très surprenant au départ une fois que vous avez compris que vous ne risquez rien vous traversez le pont sans problème. Cette belle journée se termina devant un bon repas fait maison afin de bien remplir nos estomacs.
Le lendemain matin, après le petit déjeuner, on est parti chacun à nos occupations, Vince est parti aidé Marine dans le jardin, Logan dessina pour changer, et je pris le relaies de Moumo au tissage.
Ce fût un excellent moment, il faut savoir que Moumo ne parle que Thaï ou Karen, mais malgré la barrière de la langue on s’est comprise, on a même beaucoup rigolé, j’ai vraiment apprécié ce moment. Une fois les manœuvres du tissage bien enregistré, Moumo m’a laissé très confiante, continué le sac.

Le soir même c’était au tour de Vince d’apprendre à cuisiné avec eux. Vince est un passionné de cuisine, c’était donc évident que c’était lui qui ferait le cours de cuisine aidé de Logan. Une bonne heure entre les mains de Dédé et Moumo à découvrir des aliments, des senteurs inconnu.
On peut l’avouer la cuisine Thaï est vraiment délicieuse ! Au menu du cours de cuisine, soupe Coco, Potimarron aux œufs ainsi que d’autres petites spécialitées thaïlandaise.
Pendant le cours de cuisine, nous en profitons pour trinqué ensemble pour ce dernier soir ensemble.
Nous passons une très belle soirée, tous ensemble, nous mangeons, nous rions, nous profitons simplement !

Cette dernière nuit fût assez agité, un orage éclatant pendant la nuit, ce qui nous réveilla, mais au petit matin tout s’était calmé et aucune trace à l’extérieur des grosses pluies qui sont tombées.
Tout se déroula parfaitement, jusqu’au moment où Vince vers 6h30 se retrouva plié en deux dans la salle de bain de douleurs.
Nous avions envisagé l’hypothèse de quoi faire s’il arrivait quoi que ce soit aux enfants mais pas du tout à un de nous. Impossible de savoir ce qu’il a, aucun médecin dans le village, nous devons partir sur Chiang Rai à l’hôpital si besoin. Encore une fois nous avons découvert une famille extraordinaire ! Pendant que je recharge notre carte Sim au cas où nous devrions appeler une ambulance, et notre assurance, Moumo fit un massage au dos et au ventre à Vince avec une crème « miracle » ce fût le surnom que l’on lui donna, car c’est vraiment ce qui s’est passé, Vince fût rapidement soulager, une gène persista mais la grosse douleur fût partie, heureusement.
Pendant qu’il se reposa, le papa de Dédé veilla sur lui, j’ai trouvé cela tellement gentil, nous sommes des « inconnu » finalement et trouver tant de bienveillance, de générosité et de gentillesse nous donne espoirs dans ce monde ….Nous ne remercierons jamais assez Marine, Dédé, Moumo et Papa d’avoir été là pour Vince et d’avoir pris soin de lui. Au final nous ne saurons pas ce que Vince a eut, j’ai continué de le masser avec la crème et toute douleur disparût !
Pendant que Vince se reposa, je prépara les sacs, c’était bientôt le départ. Marine nous gâta avec des crèpes au petit déjeuné. On se prépara et pendant ce temps Logan et Théa trouva une copine de jeux, et je repensa aux personnes avant de partir qui me soutenait que Logan et Théa ne trouveraient pas de camarade de jeux à cause de la langue qui n’est pas la même …
11heure, le taxi arriva et ce fût les au revoirs.

Nous avons été très ému, ce séjours à dépasser nos espérances ! Nous avons trouvé calme et sérénité, nous nous sommes attachés à cette famille.
Alors tout simplement merci, merci pour ce que vous nous avez apporté pendant ses 4 jours, merci d’être vous … Nous reviendrons c’est sur !
Tableu – Merci (en Karen)

Infos pratiques

Pour accéder chez Marine et Dédé, le scooter est le moyen de transport le plus simple. Mais si comme nous, vous êtes pas à l’aise à l’idée de conduire un 2 roues avec des enfants en bas âge, vous pouvez y aller en Grab.

Depuis notre venue la route a été bétonné ce qui facilite grandement l’accès.

Pour plus de renseignement pour les tarifs chez HomeStay, contacter Marine par mail : homestaylamaison@hotmail.com

A propos


Vidéos Youtube

Rejoignez-nous sur Instagram